Sommaire ©
Parlons SANTÉ

Parlons SANTÉ

 

 

Je viens d’apprendre récemment que les prématurés, pendant leur séjour en couveuse, prenaient d’une manière instinctive naturelle différentes positions. La plus surprenante étant celle où ils placent leurs deux mains sous leur nuque alors qu’ils sont allongés sur le dos. D’après les spécialistes cela leur favoriserait la circulation du liquide céphalo-rachidien.

 

Cette information m’a amené à me poser la question : « est-ce que le ce liquide, en cet endroit particulier, présente les mêmes caractéristiques que celles mesurées d’une façon plus générale sous le vocable d’ Eau Organique » ?

 

Effectuant les contrôles sur divers sujets, je pense pouvoir répondre que les mesures sont identiques, et sur tous les paramètres faisant partie du questionnaire classique :

 

o        Qualité (avec plafond 9)

o        PH (avec moyenne à 7)

o        RH2 ( moyenne 28)

o        Tension pelliculaire entre 32 et 45 dynes

o        Quantité d’hydrogène négatif à 999

o        Quantité intracellulaire sur extracellulaire à 1,40

o        Volume global à 100%

 

Comme, lorsque je dresse le bilan lors d’un premier contact, je mesure :

 

o        La fréquence de l’hémisphère droit ( récemment monté à 999 Hertz contre 888 Hz au début)

o        La fréquence de l’hémisphère gauche (inchangé à 999 Hertz)

o        Ainsi que celle du cervelet qui doit être idéalement à 4.999 Hertz ,

 

… je me suis cru obligé d’ajouter un précision supplémentaire à ma liste-type pour l’Eau Organique : celle de la fréquence de ladite eau.

 

J’ai obtenu, sur plusieurs sujets que je savais en bonne santé : 999 Hertz !

 

Par contre, sur d’autres personnes, j’ai eu la surprise de mesurer 9.999 Hertz ! J’ai donc pris la peine de mesurer la fréquence de leur cervelet … et j’ai obtenu le même chiffre.

 

Renseignements pris il s’agissait d’individus porteurs du cancer.

 

Poussant plus avant mes observations, j’ai relevé que plusieurs d’entre eux résidaient à la même adresse ! Cela  a évoqué les « maisons à cancer », phénomène dont j’ai eu l’occasion de parler dans le chapitre géobiologie.

 

Avec l’un de mes amis habitant un village où tout le monde se connaît, nous avons pris la peine de tracer le périmètre des quartiers touchés. Il est très intéressant d’en reconnaître les limites qui en définitive viennent confirmer cette notion de « mauvais endroits » dont les causes s’avèrent le plus souvent résulter d’un ou de plusieurs défauts naturels des sols, choses qu’un radiesthésiste averti et sincère peut facilement redresser à l’aide d’un émetteur statique parfaitement gratuit.

 

Ces réflexions me font vous proposer de mener votre enquête personnelle, dans la discrétion, certes, mais qui vous permettra de vous faire une raison objective, pour peu que vous teniez compte de l’ancienneté des résidants. En effet, l’action sur le système immunitaire s’étale la plupart du temps sur plusieurs années.

 

Evidemment je suis très intéressés de connaître le résultat de vos expériences dans ce sens, et je vous en remercie par avance.

 

 

Montpellier le 31 janvier 2006

Début ©