Sommaire © QUESTIONS - REPONSES

EAU  VIBRÉE

 

 

 

 

CANDIDE : Pouvez-vous vous présenter succinctement ?

HF :Je suis un retraité de près de 80 ans qui a abordé la radiesthésie avec les yeux d’un technicien radio, et, partant de là, a essayé de tout mesurer en fréquences d’ondes électro-magnétiques.

C :comment ce fait-il que vous vous soyez intéressé à l’eau plus particulièrement ?

HF : depuis le tout début de mes expériences, j’ai utilisé systématiquement l’eau pour contrôler les variations de fréquence qu’elle subissait  lors de son passage (pour une durée déterminée et constante), sous les pyramides, les cromlechs et autres émetteurs antiques.

C : un peu comme  LA MEMOIRE DE L’EAU ?

HF : oui, sans le savoir ... c’est bien plus tard qu’une amie parisienne m’ayant transmis la cassette d’un exposé de Jacques BENVENISTE j’ai reproduit ses expériences en substituant des pendules aux coeurs fraîchement isolés. j’ai pu, non seulement enregistrer leurs vibrations (prouvant qu’il s’agissait bien d’ondes électromagnétiques), mais également les lire en les enregistrant dans l’eau d’une bouteille placée entre les deux écouteurs du casque ... puis retrouver ces mêmes vibrations en mesurant l’eau. J’ai reproduit cette expérience de nombreuses fois, transporté la cassette chez un radiesthésiste ami qui a confirmé le tout. Ensemble nous avons répété la chose sur une disquette d’ordinateur.

C :  pour vous,  BENVENISTE n’est pas un fabulateur ?

HF : bien sûr que non. Si vous rencontrez un contradicteur de BENVENISTE, demandez lui simplement s’il a essayé ou non de reproduire son expérience.

 

 

 

C : et l’eau organique ?

HF : C’est ici qu’intervient Jacques COLLIN. L ‘un de mes parents m’ayant offert L’EAU LE MIRACLE OUBLIE j’ai découvert l’existence de Marcel VIOLET et les qualités de l’eau de pluie d’orage.

C : l’eau de pluie d’orage ?

HF : oui, celle que les animaux préfèrent boire boueuse dans les ornières en délaissant l’eau limpide de leur abreuvoir.

C : et alors ?

HF : j’ai mesuré de l’eau de pluie, de la simple eau de pluie, de l’eau ayant passé une nuit de pleine lune, puis de lune noire et enregistré leurs différences ... en attendant impatiemment le premier orage pour mesurer l’eau recueillie et je me suis aperçu qu’elle possédait des qualités particulières : l’absence des vibrations des composantes du champ magnétique terrestre, et par contre, la présence des trois fréquences vitales.

 

C : les fréquences vitales ?

HF : oh ! ... pardon, je vous explique : pour tant soit peu que vous maîtrisiez le pendule, il est facile de détecter sur le biomètre de BOVIS, dans une première « gamme » de fréquences, des mesures spécifiques à tout ce qui appartient aux mondes minéral, végétal et animal. Si, la curiosité vous poussant, vous dépassez la limite haute de cette première gamme qui ne mesure que le physique, vous vous apercevez que le minéral ne peut plus être mesuré, alors que le végétal et l’animal font tourner allègrement votre pendule. Vous venez de mesurer le vital sur la deuxième gamme. Franchissant la limite de cette seconde zone et allant au-delà, dans la troisième gamme, l’on est surpris de découvrir que seul l’humain peut y être mesuré.

L’on fait ainsi connaissance avec le physique (seul niveau atteint par les minéraux), le vital que nous partageons avec tout ce qui vit (végétaux, animaux, insectes, chiens, chats) et le mental qui nous est réservé, à nous les humains, capables de raisonner.

 

 

 

C : ce sont là vos trois fréquen-ces vitales ?

HF : oui ... vous retrouverez cette notion chez un philosophe contemporain peu connu des français : Rudolph STEINER  dont les anthroposophes entretiennent la mémoire en continuant de parler du corps physique, du corps éthérique et du corps astral.

C : mais pourquoi s’intéresser à cette eau de pluie d’orage ?

HF : parce que Marcel VIOLET a expérimenté son eau VIOLET sur les malades fréquentant l’Hôpital de LA FRATERNITE à ROUBAIX (dans les années 50, je crois). Sachez que l’expérience a porté sur 3.500 lits pendant six mois. La durée des séjours ayant été réduite d’un tiers, il fit part de cette expérience à M JEANNENET alors Ministre de la Santé ... mais comme personne ne mesurait les fréquences de l’eau à analyser, son idée a été rejetée. Ce que le Ministère de la Santé  n’a jamais su c’est que M. VIOLET a vécu jusqu'à 92 ans et que, comme ses amis buvant de son eau, il possédait un corps présentant un vieillissement de 20 ans de moins que l’âge réel.

C : cette eau de pluie d’orage est relativement rare au naturel, peut on en fabriquer ?

HF : bien sûr que oui et de manière fort simple puisqu’il suffit de prendre une bouteille (en verre de préférence), de percer un bouchon en liège de manière à laisser le juste passage à une « antenne » faite d’une aiguille à tricoter, d’une brochette de bois ou de métal, d’un simple chalumeau à limonade ... et de laisser quelques centimètres de cette antenne tremper dans l’eau pendant un quart d’heure. Cela suffit pour que l’eau de la bouteille se débarrasse des ondes du champ magnétique terrestre, et se charge des trois fréquences vitales, acquérant ainsi les qualités de l’eau de pluie d’orage.

C : n’importe quelle tige droite de 20 à 30 cm ?

HF : oui, et ce, quelle que soit la matière constituant l’antenne .

 

 

Evidemment l’on évitera de prendre une tige de cuivre ou de fer qui viendrait polluer l’eau obtenue.

 

 

C : avec n’importe quelle eau ?

HF : Il est préférable de travailler sur de l’eau de qualité. Habitant une région où l’eau du robinet est chargée de sels à près de 400 milligrammes au litre, j’utilise personnellement un filtre à osmose inverse pour ne pas continuer à absorber les calcaire, les résidus de chlore, ses dérivés, les cadavres des bactéries, sans compter les nitrates et autres métaux lourds échappant à la javellisation.

C : et votre eau ... au fait comment l’appelez-vous ?

HF : pour faire simple je l’ai baptisée eau vibrée.

C : donc votre « eau vibrée », combien de temps se conserve-t-elle ?

HF : personnellement je la consomme dans les 48 heures, puisque destinée à la boisson. Elle passe sans problème au réfrigérateur. Par contre elle abandonne ses vibrations dès qu’elle est chauffée au-dessus de 65 degrés.

 

C : en définitive, comment agit-elle ?

HF : je ne suis pas biologiste et me contente de rapporter mes observations. Je pense que l’eau vibrée se substitue à l’eau organique en améliorant la qualité de cette dernière.

 

C : L’eau organique ?

HF : pour moi, l’eau organique est l’eau extra et intracellulaire qui constitue plus des trois quarts de notre corps. Cette eau, à la naissance constituerait 80% de notre poids. Elle constitue 95% du sang d’un nouveau né. Ces pourcentages peuvent être mesurés chez des enfants très jeunes. Ensuite le fait de boire de l’eau non pure, de vieillir, de subir le stress de la vie moderne font que l’on mesure couramment des personnes de 60 ans avec des taux de 65% pour l’ensemble du corps et 66% pour le sang.

 

C : et de boire de l’eau vibrée fait varier ces proportions ?

HF : en un peu plus de quatre semaines l’eau organique est au sens propre « rénovée ». Si l’observation porte sur les couples, la remontée est plus rapide chez la femme buvant exclusivement de l’eau que chez l’homme consommant en plus d’un verre d’eau vibrée le matin, d’autres boissons (vin, bière).

C : et ce sans limite dans le temps ?

HF : oui, parce que si l’on revient à la consommation de l’eau du robinet et que l’on continue à subir les tracas journaliers, l’on retrouve l’état antérieur où l’eau organique déficiente est « lue » par le corps comme si ce dernier traversait une période de grande sécheresse et se met en position de « veille » jusqu'à pratiquement ne plus ressentir le besoin de boire ... le cercle d’accélération de la « mauvaise »  eau organique est amorcé !

C : mais qu’apporte la bonne qualité de l’eau organique ?

HF : plusieurs choses sont constatées :

n    une meilleure transmission des ondes électromagnétiques émanant du cerveau à destination des cellules.

n    une meilleure action des remèdes éventuellement absorbés.

n    surtout une meilleure évacuation des déchets, qu’ils soient chimiques ou organiques. Les buveurs d’eau vibrée voient leur taux de pollution médicamenteuse tomber à zéro. Cette obser-vation est impressionnante lorsque les mesures faites intéressent les individus subis-sant un traitement chimio lourd.

n    une amélioration de la tension artérielle, le sang retrouvant sa fluidité naturelle.

... en conséquence, à terme, un retardement sensible des effets du vieillissement.

C : bref, selon vous, une personne buvant de l’eau vibrée ne serait plus malade !

HF : je n’ai pas dit cela ! j’affirme seulement que la prise régulière d’eau vibrée permet de retrouver une eau organique idéale qui donne à l’organisme la possibilité de fonctionner normalement, de réagir promptement aux médicaments et de ne pas accumuler les pollutions de tous ordres qui nous agressent.

C : en fait, c’est la panacée ?

HF : certainement, et si vous habitez une maison rendue positive, si vous vivez sainement en vous oxygénant convenablement, si vous vous nourrissez sainement et si, en plus, vous buvez de l’eau vibrée, vous serez en bien meilleure santé.

C : vous semblez être persuadé des bienfaits apportés par cette eau vibrée.

HF : je le suis dans la mesure où je me penche sur ce problème depuis suffisamment longtemps pour avoir pu préconiser la consommation d’eau vibrée à de nombreux parents, amis ou relations, et, dans chaque cas, mesuré les changements de leur eau organique.

C : et tout ça gratuitement ?

HF : totalement ... bien que parfois je me demande si cette gratuité ne vient pas à l’encontre de la diffusion de ma « recette » !

 

La meilleure eau vibrée est celle obtenue par le procédé de REVITALISATION

Sommaire ©