Sommaire TRAITEMENT DES EAUX POLLUEES

TRAITEMENT DES EAUX

 

L’on peut être amené à s’occuper d’étendues d’eau, qu’elles soient stagnantes ou circulantes. Les mares à canard étaient nombreuses autrefois et l’on trouve dans les jardins ou dans les parcs des pièces d’eau plus ou moins claires.

 

Les plus accueillantes contiennent des poissons, des grenouilles, des jacinthes d’eau, des nénuphars, des papyrus et autres herbacées plus ou moins exotiques.

 

Il arrive fréquemment que ces réservoirs, naturels ou construits, soient envahis par des algues malveillantes, plus ou moins visqueuses mais toujours d’un aspect rébarbatif.

 

Nous rentrons, en voulant nous occuper de ces lieux géographiques, dans le cadre d’étude géobiologique qui nous amènera immanquablement à les traiter de la façon suivante :

 

o      En tout premier lieu nous procurer un plan parfaitement orienté et dont l’adresse exacte nous sera donnée.

o      Ensuite nous mesurerons :

§       L’état (positif ( ?), neutre ou négatif, ce dernier l’emportant le plus souvent

§       La longueur d’onde entre 6 et 8 m, nous permettra de nous faire une idée de l’état de  pollution du lieu

§       La vibration de 5 à 30.000 viendra infirmer ou confirmer nos craintes

§       Pour ce qui est l’eau proprement dite

·       Nous partirons de 100 pour la pollution

·       Nous mesurerons son acidité (pH)

·       Son oxydoréduction (rH2)

·       Sa tension pelliculaire en dynes

·       Sa fréquence en Hertz

o      Sur le plan bien orienté, placé sur une surface noire, comme à l’habitude, nous tracerons :

§       Les lignes de force Nord-Sud

§       Celles Est-Ouest

·       Sans nous préoccuper de connaître leur nature

§       Nous rechercherons les lignes du Réseau Solaire

·       Sachant que le Réseau Solaire s’accompagne presque obligatoirement d’un état positif rendant notre démarche inutile !

o      Mais pouvant n’intervenir que sur une partie de la surface à traiter (si cette dernière est importante).

o      Il nous suffira alors de nous placer sur un point en haut à gauche de notre plan et de tracer la ligne correspondant à la direction donnée par le pendule

§       Puis de nous déplacer dans le coin bas à gauche  de notre plan pour renouveler l’opération de traçage

§       Le point d’intersection de nos deux lignes nous indiquera de façon précise le lieu d’implantation du redresseur.

o      Tout comme pour une recherche classique lors d’une étude de géobiologie, nous rechercherons le redresseur statique selon notre méthode habituelle.

§       Les petites surfaces feront appel à un Tryskel (le plus souvent pas à droite)

§       Les grandes étendues nécessiteront l’usage d’une pierre levée

 

 

Comme toujours nous aurons à surveiller les changements survenus après la mise en place du redresseur.

 

Voici trois exemples d’intervention ainsi que les tableaux des modifications mesurées :

 

Bassin rond

 

Ruisseau

 

 

 

pollution

 

 

pollution

 

 

source

canal

bassin

au départ

100

 

au départ

100

 

0

100

100

100

jour 1

94

 

jour 1

85

 

1

74

84

94

jour 2

75

 

jour 2

66

 

2

37

74

84

jour 3

36

 

jour 3

27

 

3

13

17

17

jour 4

17

 

jour 4

17

 

4

6

12

12

jour 5

7

 

jour 5

12

 

5

4

5

5

jour 6

4

 

jour 6

4

 

6

1

2

2

jour 7

0

 

jour 7

0

 

7

0

0

0

 

 

o      A gauche

§       Un bassin rond situé dans un parc, en pleine ville. Son diamètre approximatif est d’une vingtaine de mètres.

·       Tryskel pas à droite

o      Au centre

§       En pleine ville également, un ruisseau d’évacuation des eaux de pluie, jamais à sec parce que recueillant des infiltrations en chemin.

·       Tryskel pas à droite

o      A droite

§       En campagne bretonne, une source abritée s’écoulant dans un ruisselet de 5 m de long sur un demi-mètre de large, débouchant sur un bassin rectangulaire de 10 m de long par 4 de large nettement plus profond.

·       Tryskel pas à droite

 

Bien noter que lorsque la pollution est mesurée à 0, les autres données relatives à la qualité de l’eau remontent à leur valeur maximale.

 

Normalement dans les trois semaines qui suivent, les algues disparaissent

début